[Test] The Moosman – PS4 / Switch / X1 / Steam

Développé par Vladimir Beletsky et Mikhail Shvachko et édité par Sometimes You, The Moosman est un jeu d’aventure très fortement basé sur l’histoire disponible en téléchargement pour 8€ sur les différents stores (testé sur Switch).

“Vous êtes un Homme-élan, et vous avez la capacité de voir tout ce qu’un mortel ne perçoit pas. Utilisez votre don et votre ruse car vous serez amenés à traverser les trois couches de la création, en commençant par le monde inférieur, habité par des esprits anciens…”. L’histoire est rattaché à la mythologie d’une ville russe dont sont originaires les développeurs. Il y a donc de forte chance que vous la découvriez (tout comme moi).

Le jeu est principalement de l’exploration, ou plus exactement de la balade, car le jeu est en “ligne droite”, il faut toujours se déplacer dans le même sens et sur un seul niveau. Le jeu propose même un déplacement automatique du joueur en appuyant 2 fois dans la direction droite.

Ce n’est pas pour cela qu’il n’y a rien à faire et que le personnage avancera toujours, car de nombreuses énigmes parsèment le chemin. Ce sont des énigmes simples principalement basées sur le basculement de vision du monde (le principal pouvoir du personnage) qui permet de voir des choses différentes et d’interagir avec ou non.

Si au début il s’agit simplement de faire disparaître des obstacles en basculant de vision du monde, plus tard cela fera apparaître creatures (se déplaçant uniquement dans une des 2 visions), mécanismes et autres choses, auquel s’ajoute de nouveaux pouvoirs venant pimenter l’aventure.

Il y a également une partie où l’on dirige un chasseur avec son arc ce qui donne encore plus de variété, tout comme des énigmes plus importantes faisant offices de boss de fin de niveau (qui sont souvent liées à de grosses créatures à l’écran). Pour ceux voulant prolonger l’aventure, il y a également de nombreux objets à trouver durant tout le jeu donnant plus d’informations sur la mythologie.

J’avoue ne pas avoir bien compris l’histoire (je ne sais pas si le chasseur et le même personnage que dans les autres niveaux), pourtant le jeu est en français intégral, mais la police de caractère et le fait que le jeu n’affiche pas les apostrophes (et il n’y a même pas d”espace à la place) rend la lecture difficile (et il y a pas mal de textes).

Graphiquement et musicalement, le jeu est superbe avec des graphismes presques exclusivement en niveau de gris est un bande musical parfaite pour ce type de jeu.

Au final, The Moosman est un jeu particulier. Après l’avoir fini, je n’ai pas ressenti d’euphorie comme pour d’autre titre, ni même de deception. Je me suis simplement laissé bercer par l’aventure singulière et agréable (bien que simple niveau gameplay) du jeu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *